LEGO 42008 Prix: Service Truck








Abaisse ensuite le crochet avec le treuil qui fonctionne, déploie le mécanisme de soulèvement à l’arrière et charge un véhicule à remorquer. Ce camion de service 2-en-1 génial comprend aussi 8 roues, 4 roues motrices et un élément de soulèvement hydraulique.


Lego 42008 Prix

De plus, à une échelle donnée, il n’est pas dénué de sens que le remorqueur soit un peu plus gros. Les roues du #42008 sont identiques à celles des 2 sets cités en comparaison. La face avant du camion est semblable à ce qui a été fait par le passé : des carénages pour habiller, et une belle calandre en studful. Les finitions donnent entière satisfaction : phares, plaque d’immatriculation, prise de dépannage, rétroviseurs et pare-soleil.Il n’y a pas de clignotants, mais qu’importe. Avec 2 sièges, un volant réglable et une planche de bord soignée, cette dernière est d’ailleurs très bien aménagée. Derrière la cabine, les cheminées grises incrustées dans les carénages et les gyrophares réalisés tout en finesse sont tout à fait dans le même état d’esprit que les détails de la cabine. Les petits éléments de carrosserie 2×5 produisent une belle pente, et contribuent à rendre le tout plus dynamique. La partie centrale du camion comporte tous les dispositifs utiles au remorquage, et bien sûr toute la mécanique qui va avec. Le vert du camion étant déjà un peu tape-à-l’œil, ce feu d’artifice de couleurs ne choque pas vraiment.

La plateforme de remorquage a des couleurs sombres, ça retranscrit bien le côté métallique et pas forcément propre de la chose. A l’arrière, le camion est équipé non pas de stabilisateurs mais de bêches d’ancrage. Seuls les connaisseurs sauront réellement apprécier ce changement (les bêches d’ancrage sont utilisées sur sol meuble, ce qui n’est pas le cas des stabilisateurs), mais on saluera tout de même cette volonté de se différencier des sets passés. Il aurait été de bon ton qu’au moins les panneaux 2×5 ne soient pas rouges. La plaque d’immatriculation perchée sur le bras a de quoi faire sourire. Ceci dit, il n’est pas sûr que les passages de roues jumelés sur les 2 essieux avant plaisent à tout le monde. Cette zone aurait bien mérité un peu plus d’attention. Cet axe ressort côté gauche, et 2 autres 16t se chargent de faire tourner le vilebrequin du compresseur (réduction finale : 25:9). Lorsque le compresseur tourne et que la pression générée n’est pas consommée, il n’y a pas de réel dispositif anti-surpression. La présence d’un clutch dans le mécanisme, à l’instar du tracteur #8049 motorisé, aurait été de bon augure. La première, c’est le déploiement de la plateforme de remorquage par un mini vérin pneumatique . Les mini vérins pneumatiques étant déjà très sensibles, le bras de levier de seulement un tenon de long n’arrange rien pour sortir et rentrer la tige. Pour que la plateforme bouge, il faut donc attendre que la pression soit élevée. On remarquera tout de même que la plateforme est articulée avec un pin à friction . Aussi annodine soit-elle, cette articulation de la plateforme est un vrai plus pour remorquer un véhicule. On se rappelle que les sets #8285 et #9395 étaient particulièrement fâcheux à cet égard. Un peu à la façon du télescopage du set #8283 , des biellettes vont se déplier sur le dessus du bras afin de pousser la partie télescopique. On déchante vite quand on constate que le mouvement n’a pas la moindre stabilité dans cette position. Ce n’est donc pas la peine de se casser la tête avec le sélecteur pour maîtriser quoi que ce soit. Et non seulement le fonctionnement de ce télescopage est d’une rare nullité, mais en plus, télescoper le bras pour porter le guide treuil 7 cm plus loin est d’une inutilité quasi totale !

Un télescopage avec une crémaillère et une molette en prise directe, comme sur le camion #8258 , aurait fournit un résultat incommensurablement meilleur. Deuxièmement, le vérin mécanique peut monter la plateforme bien trop haut, à tel point que ça en devient ridicule. Un clutch était essentiel pour ce mécanisme, et on regrette qu’il n’y en ait pas un en amont des boîtes à vitesses. Quand on sait que le set a déjà un compresseur, que le renvoi par double cardan est une abomination, et que le vérin mécanique lève la plateforme trop haut, la solution tombe sous le sens et se résume en 2 mots : vérin pneumatique .




lego image prix service truc 1

Il faudrait juste gérer correctement la pression, ce qui est normalement loin d’être insurmontable. Lorsque l’on pousse le levier vers l’avant sur la boîte à vitesse gauche, on actionne les bêches d’ancrage. Puis, le mouvement est simplement transmis vers l’arrière aux mini vérins mécaniques par un axe et 3 autres 16t (réduction finale : 25:9). Elles soulèvent quand même le camion ; l’essieu arrière ne touche plus le sol. En fin de course, les dispositifs internes aux mini vérins débrayent. Il est inutile de remuer le couteau dans la plaie concernant la faute de goût sur la présence de vérins mécaniques. En revanche, on est en droit de penser qu’un montage avec une vis sans fin et des biellettes bien choisies aurait produit un résultat encore plus satisfaisant. Car concrètement, les dimensions des mini vérins mécaniques contraignent pas mal le montage. Le driving ring poussé vers l’avant fait tourner la roue folle et les 2 engrenages 16t situés plus haut. Ensuite, on a un renvoi d’angle avec un 20t simple bevel et un 12t simple bevel. Le câble ne peut pas être sorti tant que le cliquet est actif ; il faut le lever pour dérouler le treuil.

Lego 42008 Prix

A l’instar du camion #8273 , un simple 8t positionné sur un pin a friction aurait été bien plus simple à mettre en œuvre et à gérer. Concernant la maniabilité, autant dire les choses sans détour : elle est cauchemardesque. Cela peut paraître bête, mais on ne voit pas du tout ce que l’on fait !

Les mouvements des vérins pneumatiques sont brutaux alors que ceux des vérins mécaniques sont coulés et durent plusieurs secondes. On saupoudre le tout avec des contraintes entre les fonctions (nécessité de sortir du câble pour télescoper), et on obtient un set naturellement injouable. Pour information, la présence d’un switch n’améliore pas la situation. Ce n’est pas tant l’interrupteur du boîtier à piles qui est en cause. Pour couronner le tout, accéder au boîtier à piles est un véritable parcours du combattant. Il faut oter tous les carénages latéraux (rien que ça !), retirer 2 broches, et extirper le boîtier. Au final, on constate que le set manque cruellement de simplexité. Tout est fait par des détours sans queue ni tête. La suppression des vérins mécaniques aurait simplifié les transmissions. Le set aurait été jouable, tout simplement. Elles sont très nombreuses (83) et d’une grande diversité (poutres longues, fines, coudées, petits et grands carénages). Finalement, que retiendra-t-on de ce camion de dépannage #42008 ?

Pour autant, en terme de conception pure, le set reste un échec absolu et constitue un bon exemple à ne pas suivre !

LEGO 42008 Техническое обслуживание грузовиков Обзор Демонстрация продукта LEGO 42008 Service Technique Truck …




Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

12345